Un fils

Synopsis. Tunisie, été 2011. Fares et Meriem filent des jours heureux avec Aziz, leur fils de 11 ans. Durant un séjour dans le sud du pays, un événement vient changer le cours de leur vie. Alors qu’une course contre la montre s’enclenche, des vérités longuement enfouies commencent à refaire surface.

Biofilmographie/Biofilmography

Né en 1984 à Tunis, Mehdi est diplômé de l’institut supérieur des arts multimédias de Tunis, en montage. Il part ensuite en Italie pour compléter sa formation et sort diplômé du DAMS de Bologne. Il a réalisé trois courts-métrages, remarqués et primés dans plusieurs festivals internationaux. Son premier long-métrage Un fils entame sa carrière internationale en sélection officielle à la 76ème édition de la Mostra de Venise où il est doublement récompensé.

Le choix d’Ali

Synopsis. Ali vit à Paris avec Eric. Un soir, il reçoit un coup de fil de sa sœur qui l’informe que sa maman a fait un AVC. Il décide de retourner à Besançon. Eric l’accompagne. C’est un retour qu’appréhende Ali ; il sait qu’il a fui, il y a 5 ans, sa famille parce qu’être homosexuel, cela n’est pas concevable pour les siens. Ali espère voir sa mère, la rassurer et se rassurer, puis repartir aussitôt. C’est un retour périlleux qu’Ali effectue dans sa famille musulmane pratiquante où l’homosexualité est grand péché. Ali ne le sait pas encore ; il fera un choix qui restera le sien.

Biofilmographie/Biofilmography

Amor HAKKAR a réalisé de nombreux films dont un court métrage de fiction (Apprends-moi à compter jusqu’à l’infini en1990, Sélection officielle au festival de l’Ile de la Réunion), des longs métrages de fictions (Sale temps pour un voyou en 1992, Sélection officielle aux festivals de Carthage, Tétouan, Paris ; Quelques jours de répit en 2010, Sélection officielle Festival de Sundance 2011 ; La preuve  en 2013, Sélection officielle Festival du film de Dubai en 2013 et de Beyrouth een2014) et un documentaire (Timgad, la vie au coeur des Aurés en 2002, Sélection officielle au festival de Montréal).

La vie d’après / Life after the sta

Synopsis. Une dame qui travaille comme femme de ménage, vit seule avec son fils adolescent, dans un douar de l’Ouest algérien. La dame trime pour gagner honnêtement sa vie se retrouve au centre de vifs commérages et de rumeurs persistantes sur le fait qu’elle entretient des relations illégales avec des hommes. Ne pouvant supporter ces rumeurs qui lui empoisonnent son quotidien, la femme quitte son village pour s’installer dans la ville ou commerce pour elle et son enfant une vie dure et pénible.  

Biofilmographie/Biofilmography

Ancien journaliste, Anis DJAAD est stagiaire à la réalisation sur le film França ya França de Djamel BELOUED. Il est l’auteur de deux romans : L’odeur du violon et Matins parisiens. En 2003, il revient au cinéma et compte parmi les lauréats du concours du scénario « L’année de l’Algérie ». Il écrit, en 2006, son premier scénario de long métrage Au bout du tunnel, sélectionné par le programme européen Meda film. En 2011, il décroche avec Le hublot le prix du meilleur scénario de court métrage aux Journées cinématographiques d’Alger.

Juwaa

Synopsis. Juwaa raconte la séparation et les retrouvailles d’une mère (Riziki) et de son fils (Amani) après une succession d’évènements traumatiques. Juwaa est un drame familial explorant subtilement les non-dits et la psychologie de deux êtres singulièrement hantés par le passé dans leur poursuite d’un meilleur avenir.

Biofilmographie/Biofilmography

Réalisateur, acteur et photographe d’origine congolaise vivant à Bruxelles, Nganji MUTIRI est le réalisateur des films suivants : Salamander (2012), Hassel (2017), Le Soleil dans les yeux et Juwaa.

Haingosoa

Synopsis. Haingo, jeune mère célibataire du sud de Madagascar, ne parvient pas à payer la scolarité de sa fille. Quand une compagnie de danse de la capitale lui propose un contrat à l’essai, Hainogo saisit cette chance, quitte sa famille et monte à Tananarive. Elle n’a que quelques jours pour apprendre une danse qui lui est totalement étrangère.

Biofilmographie/Biofilmography

Edouard JOUBEAUD connait sa première expérience de cinéma sur Jacquot de Nantes d’Agnès Varda, film dans lequel il interprète le rôle de Jacques Demy enfant. Il réalise par la suite des œuvres documentaires à Madagascar (Mavokely, Les charbonniers) et produit des créations   scéniques en collaboration avec des auteurs de la diaspora malgache. En 2018, inspiré par l’univers d’une famille du Sud de Madagascar, il réalise son premier long-métrage, Haingosoa.

Carton Rouge / Red card

Synopsis. Aux Comores dans ce pays miné par la mauvaise gouvernance, la pauvreté et l’exil, pays musulman où les femmes endurent une pression constante, trois joueuses de l’équipe nationale de basket, liées par l’amitié et la solidarité, choisissent de rester. Jour après jour, elles construisent leur autonomie et leur amour pour leur patrie. Le basket est un moyen de s’évader mais aussi de s’exprimer et se réaliser pleinement.  Ces femmes révèlent la force et la beauté de leur engagement à construire leur avenir chez elles contre toute attente.

Biofilmographie/Biofilmography

Réalisateur et directeur de festival de cinéma, Mohamed Said OUMA, a fait ses études supérieures à Londres où il a travaillé en tant que journaliste culturel pour la presse écrite (Echoes Black music weekly, Trace Magazine). De retour à la Réunion, il fut chargé de production et de programmation au Festival International du film d’Afrique et des Îles, de 2004 à 2011 dans la ville du Port. En tant que réalisateur son premier film est un documentaire intitulé Le mythe de la cinquième île (2007) qui explore la relation ambiguë entre la Diaspora comorienne et l’archipel d’origine.