Une histoire d’amour et de désir/ A Tale of Love and Desire

Synopsis. Ahmed, 18 ans, français d’origine algérienne, a grandi en banlieue parisienne. Sur les bancs de la fac, il rencontre Farah, une jeune tunisienne pleine d’énergie fraîchement débarquée à Paris. Tout en découvrant un corpus de littérature arabe sensuelle et érotique dont il ne soupçonnait pas l’existence, Ahmed tombe très amoureux d’elle et bien que littéralement submergé par le désir, il va tenter d’y résister.

Biofilmographie/Biofilmography

Leyla BOUZID a grandi à Tunis où elle est née en 1984. En 2003, elle part à Paris étudier la littérature française à la Sorbonne puis intègre La Fémis en réalisation. Elle réalise son court métrage de fin d’études, Soubresauts, en 2011 puis Zakaria en 2013. En 2015, son premier long métrage, À peine j’ouvre les yeux, est primé à la Mostra de Venise puis sélectionné dans de nombreux festivals internationaux. Une histoire d’amour et de désir est son deuxième long-métrage.

This Is Not A Burial, It’s A Resurrection

Synopsis.

Amongst the pythonic mountains of land-locked Lesotho, an 80 year old widow winds up her earthly affairs, makes arrangements for her burial and prepares to die. But when her village is threatened with forced resettlement due to the construction of a reservoir, she finds a new will to live and ignites a collective spirit of defiance within her community. In the final dramatic moments of her life, Mantoa’s legend is forged and made eternal.

Biofilmographie/Biofilmography

Lemohang Jeremiah MOSESE is a self-taught filmmaker and visual artist from Lesotho. His film « Mother I am Suffocating. This is My Last Film About You’ was selected for Final Cut in Venice 2018, where it won six awards. It premiered in the Berlinale Forum in 2019. MOSESE was one of three filmmakers selected for Biennale College – Cinema with his feature film This Is Not A Burial It’s A Resurrection, which premiered at the Sundance Film Festival this year, where it won the Jury Award for Visionary Filmmaking. It has gone on to win 20 further awards, including 8 Best Film Awards and 2 Best Director awards.

The white line

Synopsis. La ligne blanche 1963, trois ans après une révolte qui secoua le Sud-Ouest africain. C’est une histoire au nom de l’espoir d’un amour interdit. La vie d’une femme noire change a jamais lorsqu’un policier blanc tombe amoureux d’elle. Leur amour illicite l’un pour l’autre grandit au fil du temps à travers les lettres qu’ils s’écrivent mutuellement. Ils doivent surmonter plusieurs obtacles dont le plus grand, leur couleur de peau.

Set in 1963, after the Old Location uprising which shook South West Africa, a black maid’s life is changed forever when she encounters an Afrikaner police officer on a routine passbook check. Their illicit love for each other grows over time through the letters they write to each other, and they endure many obstacles beyond their different skin colours.

Biofilmographie/Biofilmography

Desiree KAHIKOPO is an emerging female filmmaker from Namibia. She’s participation in the Namibian film and theatre industry spans over 12 years as a performer, actress, creative director as well as playwright. She produced, wrote and directed a theatre play titled A Lifetime of Blues that won best set design at the Namibian Film and Theatre Awards. She has worked on countless film sets including Fish Out of Water as a Line Producer by the well-known Namibian filmmaker Vickson Hangula. KAHIKOPO was selected to be part of the Talents Durban 2018 class.

Souad

Synopsis. Dans une petite ville sur le delta du Nil en Egypte, Souad, 19 ans, est tiraillée entre les contraintes religieuses et conservatrices imposées par sa famille et une vie secrète et fantasmée dans laquelle elle se projette à travers les réseaux sociaux. Perdue entre ces deux mondes, ses ambitions sont écrasées par la réalité…

Biofilmographie/Biofilmography

Ayten AMIN a étudié le cinéma de manière indépendante. Elle a réalisé son premier court métrage de fiction Her Man en 2006. Son court métrage suivant [après « I know who she is », en 2007], Spring 89 réalisé en 2009 a reçu de nombreux prix nationaux. Son premier long métrage fiction 69 Messaha Square (2013) a remporté le prix du meilleur projet à la Cairo Film Connection en 2010. Elle a coréalisé le documentaire « Tahrir 2011 », qui a été nominé pour le prix du meilleur documentaire au cinéma pour la paix à la Berlinale 2012.

Ayten AMIN was studied Cinema independently. She directed her first short fiction Her Man in 2006. Her next short fiction [after « I know who she is », in 2007], « Spring 89 » in 2009 received many national awards in Egypt. Her debut feature film ‘Villa 69′ (2013) won the prize of the Cairo film Connection for best project in 2010. She co-directed the documentary ‘Tahrir 2011 was nominated for Best Documentary in Cinema For Peace award Berlin 2012.

Oliver Black

Synopsis.

Vendredi, a young Black African boy crosses the desert to reach Morocco, to make the art of circus. He meets an old man “White Man” who lost his dromadory in the desert. Both they travel together and a very complicated relationship grows between them. By the end White man sells the little boy to some mercenaries and let him become an ISIS terrorist.

Biofilmographie/Biofilmography

Formé en Réalisation à l’Ecole Française des Arts et Médias (2008-2010) et en technique d’écriture du scénario à l’Institut Royal de la Culture Amazigh à Rabat (2009), Tawfik BABA a à son actif plusieurs réalisations dont : Les cavernes de Tazaghte (Documentaire) en 2009, Le clown (court métrage) en 2015, L’homme de sable (court métrage) en 2014, Winter time (court métrage) en 2013.

Lingui, les liens sacrés

Synopsis. Dans les faubourgs de N’Djaména au Tchad, Amina vit seule avec Maria, sa fille unique de quinze ans. Son monde déjà fragile s’écroule le jour où elle découvre que sa fille est enceinte. Cette grossesse, l’adolescente n’en veut pas. Dans un pays où l’avortement est non seulement condamné par la religion, mais aussi par la loi, Amina se retrouve face à un combat qui semble perdu d’avance…

Biofilmographie/Biofilmography

Mahamat Saleh HAROUN fait des études de cinéma à Paris au Conservatoire libre du cinéma français et se forme au journalisme à l’IUT de Bordeaux. En 1991, il réalise son premier court métrage Tan Koul, mais c’est son film Maral Tanié (1994) qui le fait connaitre. En 1999, Mahamat signe son premier long métrage Bye Bye Africa. En 2001, il réalise Letter from New York City (Prix de la meilleure vidéo au 11e Festival du cinéma africain de Milan), en 2002 Abouna (prix de la meilleure image au FESPACO) et en 2007, Daratt qui remporte l’Etalon de bronze de Yennenga et le Prix de la meilleure image au FESPACO.

Les trois lascars

Synopsis. Sous la pression de leur maitresse respective, leur « Tchiza », trois amis organisent une virée extraconjugale hors de Ouagadougou. Une mission bidon à Abidjan est l’alibi parfait. Mais quel cauchemar lorsqu’ils apprennent que l’avion qu’ils devaient prendre s’est crashé ! Comment revenir à la vie lorsque l’on est supposé être mort ? La vengeance des femmes sera cuisante…

Biofilmographie/Biofilmography

Scénariste-réalisateur-producteur et romancier, cet autodidacte a été précédemment éditeur de presse avec un hebdomadaire satirique. Féru de l’écrit et de l’image, il a à son actif, 2 romans policiers, 1 recueil de contes africains, ainsi que 4 long-métrages, 10 téléfilms et 5 séries télévisuelles.

La femme du fossoyeur/The gravedigger’s wife

Synopsis. Guled et Nasra sont un couple amoureux, vivant dans les quartiers pauvres de Djibouti avec leur fils Mahad. Cependant, l’équilibre de leur famille est menacé. Nasra souffre d’une grave maladie rénale et doit se faire opérer d’urgence. L’opération coûte cher et Guled trime déjà comme fossoyeur pour joindre les deux bouts. Comment réunir l’argent pour sauver Nasra et garder une famille unie ?

Biofilmographie/Biofilmography

L’auteur-réalisateur Khadar Ayderus AHMED, né à Mogadiscio il y a 40 ans, a réalisé plusieurs court-métrages couronnés de succès, dont The Night Thief en 2017. Il poursuit également une carrière remarquable en tant qu’auteur. The Gravedigger’s Wife est son premier long métrage et a été développé dans le cadre de la Résidence de la Cinéfondation en 2015.

Freda

Synopsis. Freda vit avec sa mère, sa sœur et son frère dans un quartier pauvre d’Haïti. Traumatisée dans son enfance, elle s’est construite par les études et veut un autre destin que celui des femmes qui l’entourent. Mais tandis que des pièges se referment sur les siens, son passé refait violemment surface.

Biofilmographie/Biofilmography

Gessica GENEUS started her acting carreer at 17, playing in Barikad, by Richard Sénécal. She then collaborated with various haitian and international film directors. Recently, she played in a TV movie on Toussaint Louverture, directed by Philippe Niang. In 2011, Gessica was granted a scholarship from the Acting International de Paris. Back in Haiti, she founded her own production company, Ayizian Productions. In 2014, she directed Vizaj Nou, a portrait series of contemporary haitian figures. Douvan jou ka leve (The sun will rise) is her first documentary for France Télévisions.

Feathers

Synopsis. Une mère passive, dévouée corps et âme à son mari et ses enfants. Enfermée dans un quotidien monotone, rythmé de tâches banales et répétitives, elle se fait aussi petite que possible. Un simple tour de magie tourne mal pendant l’anniversaire de son fils de quatre ans et c’est une avalanche de catastrophes absurdes et improbables qui s’abat sur la famille. Luttant pour sa survie et celle de ses enfants, elle devient peu à peu une femme indépendante et forte.

A passive mother who dedicates her life to her husband and children. Stuck in daily, repetitive, mundane chores, she has made herself as little as she possibly could. When a magic trick goes wrong at her 4-year-old son’s birthday party, an avalanche of coincidental absurdities befalls the family. As she tries to survive, she goes through a rough and absurd transformation.

Biofilmographie/Biofilmography

Réalisateur et scénariste, Omar EL ZOHAIRY réalise en 2011 son premier court-métrage Breathe Out (Zafir), qui reçoit le Prix Spécial du Jury au festival de Dubai. Son second court-métrage, The Aftermath of the Inauguration of the Public Toilet at Kilometer 375, réalisé en 2014, est le premier film égyptien sélectionné à la Cinéfondation du Festival de Cannes. Son premier long métrage Feathers (2021) fait sa Première Mondiale au Festival de Cannes 2021 où il remporte le Grand Prix de la 60è Semaine de la Critique.

Omar EL ZOHAIRY is a film director and screenwriter. He’s first short film, Breathe Out (Zafir), premiered at the 8th Dubai International Film Festival and won the Muhr Special Jury Prize for Short Films. His second short film, The Aftermath of the Inauguration of the Public Toilet at Kilometre 375, was the first Egyptian film to be selected for the Cinéfondation competition at the 2014 Cannes Film Festival. His debut feature Feathers (2021) World Premiered at the 2021 Cannes Film Festival (France) and won the Grand Prize of the 60th Critics Week.